Le freelancing dans la IT: les raisons du succès. | HIWAY
arrow-down

Le freelancing dans la IT: les raisons du succès.

 • Freelancing • 
Partagez cet article:
facebook
twitter
linkedin

Le freelancing dans la IT: les raisons du succès.

 • Freelancing
facebook
twitter
linkedin

Les métiers de l'IT sont les plus concernés par cette montée en puissance du marché du freelancing : les compétences IT sont très demandées et le marché reste pénurique.

La France est train de suivre de près les Etats-Unis, leaders mondiaux, qui comptera plus de 50% de la population active freelance d’ici 2027.

Un modèle de liberté sans égal

Poussé par la digitalisation de l'économie et le besoin de compétences IT des entreprises, le succès incroyable du freelancing pour ce secteur tient surtout à deux notions clés : liberté et augmentation du revenu.

Tous évoquent le confort qui en découle : flexibilité des horaires, choix des clients, équilibre vie privée et vie professionnelle, nomadisme.

Les frontières géographiques et physiques abolies, ces ‘digital nomad’ peuvent trouver des missions partout où ils le souhaitent tout en augmentant leurs revenus. Un privilège qui leur permet d’investir dans des projets plus rapidement et de penser à l’avenir sereinement.

Si à bien des égards ce statut est un véritable tremplin professionnel, penser qu’il suffit d’un ordinateur et d’une connexion Internet pour réussir ne suffit pas à créer son propre emploi et être indépendant sur la durée.

Il demande de parfaitement maîtriser la création et la gestion quotidienne de son entreprise, des tâches qui peuvent vite paraître chronophages et fastidieuses dans un quotidien qui n’était auparavant uniquement guidé par leur cœur de métier.

Pour pallier cela, de plus en plus de solutions se créent pour accompagner les freelances dans leur quotidien afin de leur permettre de se concentrer sur leur cœur de métier. Les plus réticents n’ont plus d’excuse pour se lancer en indépendant.

Des entreprises qui gagnent au change

Dans le secteur de la IT, les entreprises privilégient également l’expertise et la polyvalence des travailleurs indépendants. Les experts de la tech travaillent le plus souvent en mode projet, ils sont automnes et l’entreprise attend d’eux rapidité, disponibilité et qualité.

Le processus d’embauche est aussi plus simple qu’en CDD ou CDI sans besoin d’engagements importants de la part de l’entreprise.

Dans ces conditions, pouvoir moduler les effectifs, adapter son recrutement en fonction des projets commandés et des expertises est un réel atout.

Les entreprises sollicitent de plus en plus les experts de la tech, qui ne sont aujourd’hui pas assez nombreux pour faire face à ces demandes. C’est pourquoi elles sont d’autant plus enclines à s’adapter aux formats qui leur sont proposés et répondre aux demandes des freelances.

Par ailleurs, les freelances du secteur de la tech ont très peu soufferts de la crise sanitaire, c’est même à ce moment-là qu’ils ont le plus travaillé, leur flexibilité et leur adaptabilité répondent parfaitement aux nouveaux besoins des entreprises.

Un modèle qui s’installe durablement

Face à l’augmentation du nombre d’indépendants et à leur envie d’équilibrer vie professionnelle et vie personnelle, de plus en plus de services apparaissent pour accompagner ces nouveaux travailleurs à franchir le cap.

Ce statut qui il y a encore quelques années était perçu comme peu commun est en passe de devenir un incontournable pour ces métiers. Si les entreprises ont une part de responsabilité dans ce mouvement, elles sont aussi celles qui s’adaptent le mieux à répondre à ces nouveaux modèles et à proposer des formats flexibles et transparents. Finalement les plus convaincus sont sûrement les entreprises elles-mêmes.

Ceux qui restent à séduire ce sont les jeunes diplômés qui rêvent eux aussi de pouvoir se lancer rapidement en indépendant mais qui par manque de réseau et d’expérience préfèrent se tourner vers le salariat et attendre quelques années avant de pouvoir se lancer en solo. Il faudrait leur donner les bons conseils et le bon accompagnement dès la première année d’école supérieure pour leur laisser l’opportunité de ne pas avoir à choisir par défaut le salariat. Un modèle qui ne reflète plus les envies professionnelles des experts de l’IT et qui le sera encore moins pour les générations à venir.

  • (étude Malt, mars 2021)

Lien article

Lire aussi: