Hiway soutient Bwild.org | HIWAY
arrow-down

Hiway soutient Bwild.org

 • Témoignages • 
Partagez cet article:
facebook
twitter
linkedin

Hiway soutient Bwild.org

 • Témoignages
facebook
twitter
linkedin

S’engager pour une cause qui nous tient à cœur en montant un side project et poursuivre son activité professionnelle, est-ce vraiment compatible ? Passionné par les grands mammifères depuis son enfance, Alexandre Langue nous prouve que oui, il est parfaitement possible de cumuler les deux grâce au freelancing (👋 Hiway). Scrum master de profession, il a monté en parallèle Bwild : une association pour la conservation de la faune et de la flore sauvage.

Retour aux sources

À 33 ans, Alexandre est en train de réaliser un rêve d’enfance : pouvoir approcher les animaux sauvages de façon éthique. Associé à une amie de longue date, Laure, ce professionnel de l’IT en freelance vient de lancer Bwild : une association qui propose des séjours d’écovolontariat dans des milieux sauvages et protégés. À titre d’exemple, le premier séjour proposé par Bwild gravite autour de la recherche, l'écotourisme et la conservation des dauphins sauvages dans une réserve marine du Mozambique.

“J’ai participé à de nombreux programmes d’écovolontariat en Afrique ces quatre dernières années” m’explique-t-il quand je lui demande la genèse du projet. “Ça m’a permis de comprendre comment cela se passait vraiment sur place. Aujourd’hui, avec Bwild, je veux faire le pont entre ces milieux-là et la France. Nous avons beaucoup de choses à développer : des séjours pour accueillir des volontaires, mais également créer du contenu, des webinaires ou produire des documentaires”.

Éduquer pour mieux sensibiliser

Car Bwild ne se veut pas agence de voyage. À travers ce projet, Alexandre souhaite avant tout éduquer une large audience sur la protection de la faune et de la flore. “La dimension éducative est très importante dans ce projet. J’aimerais sensibiliser les jeunes, ou encore des étudiants vétérinaires grâce à ces séjours d’écovolontariat. J’aimerais leur proposer des stages ou des PhD. En France, nous avons un petit retard par rapport à l’Amérique du Nord sur la protection de nos écosystèmes.”

Par conséquent, grâce à cette branche éducative, Alexandre aimerait faire grandir la communauté pour faire évoluer Bwild et l’amener vers de nouveaux horizons…

Freelance et engagé : un jeu d’équilibriste

Afin de pouvoir monter un tel side project, il faut dégager du temps. La chance d’Alexandre, est qu’il est maître de son sablier : “je suis freelance depuis 6 ans, et je profite vraiment de la liberté que m’offre ce statut. Je gère mon temps comme je veux, sans limites. Pour moi, c’est très précieux, et ce serait absolument impossible en CDI : j’aurais été trop bridé.” Cette agilité a permis à Alexandre de lancer ce projet personnel qui lui permet d’être épanoui : “grâce à Bwild et au freelancing, je trouve un certain équilibre” ajoute-t-il, “surtout que depuis que Hiway pilote ma société pour moi, j’ai beaucoup plus de temps de libre !”

En plus de cette grande liberté, Alexandre peut exploiter sa fibre entrepreneuriale pour nourrir ce projet personnel : “lancer son association, c’est un peu comme créer une société. Quand tu as appris à être freelance et surtout entrepreneur, tu peux utiliser ça dans tous les projets que tu mets en place.”

Se projeter avec Bwild

Le développement du télétravail a été bénéfique pour des freelances comme Alexandre qui ont à cœur de monter un projet personnel, notamment quand celui-ci prend forme à l’étranger. En effet, il est désormais possible de trimballer son travail partout dans le monde avec la simple condition d’avoir une connexion Internet fiable. Alexandre me confirme l’intérêt d’être mobile pour Bwild : “je veux me rendre dans les pays où nous développons le projet plus régulièrement” me dit-il. À ce sujet, il m’explique que ce type de projet peut également correspondre aux profils des digital nomads - souvent freelances - qui ne sont pas de simples touristes “passifs” : les digital nomads ont souvent la volonté de s’engager sans pour autant cesser de travailler.

Aujourd’hui, Alexandre envisage même de consacrer encore plus de son temps à Bwild : “je ne viens pas de ce milieu-là, et pourtant j’arrive à fédérer autour de ce projet-rêve. J’aimerais donc pouvoir m’investir davantage, quitte à complètement basculer. Car même en étant freelance dans la tech, tu peux faire une pause en sachant que tu peux facilement rebondir car la demande est là. Et ça, c’est rassurant !”.

Parmi les développements en cours, on compte un petit coup de boost du site Web de Bwild et des réseaux sociaux qui sont la vitrine du projet, la mise en place d’autres projets éthiques en Europe et en Asie, tourner un premier documentaire sur place, auprès des animaux, et… agrandir l’équipe afin de réaliser tout ça ! Afin de concrétiser toutes ces initiatives, Hiway s’est engagé auprès de Bwild et apporte son soutien financier.

“Laisser de la place aux rêves”

Quand je demande à Alexandre de s’adresser aux personnes qui ont l’envie de sauter le pas du freelancing, et qui ont envie de s’engager en parallèle, il me répond la chose suivante : “il faut absolument se faire confiance quand on se lance en freelance et quand on se lance dans un side project. Il y a beaucoup d’aspects positifs - on apprend énormément. L’important reste de savoir ce qu’on vaut, ce qu’on veut, de laisser de la place aux rêves, et d’être bien accompagné. En connectant sa carrière de freelance à un autre domaine, on grandit !”

—-

Pour en savoir plus sur les projets, les volontariats et les activités de Bwild, vous pouvez nous contacter par instagram (@bwild_org) ou sur le site de Bwild. Vous pouvez également participer par simple donation sur HelloAsso, ou rejoindre l'aventure en participant activement à notre projet en tant que bénévoles.

Lire aussi: